Win Radio

Des résultats de tests positifs ont été « cachés » au personnel de maisons de repos de Herstal

Des résultats de tests positifs ont été « cachés », nous annonce nos confrères de la RTBF.

Le Lys et Lobélia sont deux maisons de repos situées côte à côte à Herstal, sur les hauteurs de Liège. Toutes les deux appartiennent à une multinationale française, Senior Living Group.

La direction du groupe décide de tester préventivement tout le personnel, soit 130 travailleurs, et ce, à charge des maisons de repos. Ces tests sont réalisés et analysés par un laboratoire privé. Une initiative remarquable de la part de la direction.

Dans le même temps, l’Aviq, l’agence wallonne pour une vie de qualité, a désigné l’établissement Le Lys comme faisant partie de la première vague de testing. Et donc deux jours plus tard, la médecine du travail vient tester le personnel de la maison de repos Le Lys.

Quant à celui de la maison de repos Lobélia, il sera testé une dizaine de jours plus tard.

Les résultats des tests du laboratoire privé et ceux de l’Aviq arrivent le même jour. Le médecin coordinateur informe, oralement, les travailleurs qu’ils sont négatifs. En fait, la direction a pris en compte uniquement le deuxième test.

Le personnel se sent sécurisé. L’esprit tranquille, il continue à bosser, à côtoyer 300 résidents puis il rentre à la maison, sans s’inquiéter, puisqu’ils sont supposés tous être négatifs.

Très vite, plusieurs membres du personnel ressentent des symptômes du Covid. Ils s’adressent alors à leur médecin traitant. Celui-ci demande au laboratoire privé les résultats des tests de leur patient. Résultat : positifs. Alors qu’on leur avait signifié qu’ils étaient négatifs !

D’autres reçoivent une facture du laboratoire. Sandra Delhaye, secrétaire permanente Setca-Liège confirme notre information: ’‘Certains travailleurs se sont inquiétés de devoir payer cette facture et ont pris directement contact avec le laboratoire privé qui leur a dit, à ce moment-là, ah ben non, vous êtes positifs, vous n’êtes pas négatifs. Et c’est comme ça qu’une série de travailleurs se sont rendu compte du problème’‘.

Après des mois de silence, la direction opérationnelle-Wallonie du groupe accepte enfin de répondre à nos questions. Lidwine De Schryver, se justifie : « Il a fallu plus de sept jours pour avoir les résultats du labo privé et donc ces tests ont été invalidés ». Nous avons contacté le médecin du laboratoire qui a effectué les tests. Il dément formellement avoir invalidé ses tests.

Ce qui veut dire, d’une part, que les travailleurs de la maison de repos du Lys, testés positifs au test du labo privé, n’ont pas été informés. La direction préférant prendre en compte le test de l’Aviq, effectué 2 jours plus tard.

D’autre part, les travailleurs de la deuxième maison de repos, Lobelia, ont, eux, été testés par l’Aviq dix jours plus tard. Ce qui signifie qu’ils sont restés, pour certains, positifs pendant plus de dix jours, sans avoir été averti. La direction a manifestement manqué de transparence et de précaution. Lidwine De Schryver estime, pour sa part, avoir été transparente et d’ajouter : ’‘Je ne comprends pas pourquoi il faut revenir aujourd’hui sur des tests effectués au mois d’avril dernier’‘.

Nullam ultricies quis, libero fringilla mattis leo. leo ut risus.