La Russie demande une commission de l’ONU pour enquêter sur les exécutions présumées de ses militaires en Ukraine

Le Conseil des droits de l’homme de la présidence russe a demandé aux Nations unies de mettre en place une commission internationale chargée d’enquêter sur les exécutions présumées de militaires russes dans l’est de l’Ukraine.

« Nous demandons la création d’une commission internationale chargée d’enquêter sur les crimes des forces armées ukrainiennes et des militants qui combattent à leurs côtés, de mener une enquête approfondie sur tous les faits connus et de punir les auteurs conformément aux normes internationales et à la législation nationale », selon une déclaration relayée par Interfax.

Le ministère russe de la Défense a accusé vendredi l’armée ukrainienne d’avoir exécuté au moins une douzaine de prisonniers de guerre capturés dans des images qu’il a dénoncées comme un « meurtre méthodique et intentionnel ». La Russie avait accusé l’Ukraine d’exécutions similaires en mars.

Si le communiqué du ministère n’a pas fourni de détails sur les exécutions à ce stade, sa publication a coïncidé avec une revendication également faite vendredi par les autorités pro-russes de la région de Donetsk d’un possible massacre de militaires russes dans la ville de Makivka, juste à l’est de la capitale.

Le ministère de la défense s’est contenté de communiquer le nombre de personnes exécutées et a noté que « de nouvelles preuves vidéo d’exécutions massives infligées par des militaires ukrainiens à des prisonniers de guerre russes non armés confirment la nature atroce du régime de Kiev ».

De leur côté, les autorités pro-russes de Donetsk ont annoncé leur intention de remettre les images de ces éventuelles exécutions aux Nations unies, au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et à Amnesty International pour vérification.

« Il est difficile de commenter la vidéo de l’exécution des soldats qui se sont rendus dans la colonie de Makivka sans dépasser le vocabulaire normatif », a dénoncé la médiatrice de l’administration russe à Donetsk, Daria Morozova, dans des propos rapportés par l’agence russe TASS.

Source : News 360