Le prix de l’énergie sera-t-il bloqué un jour ?

Des mois que la Belgique attend sans voir le moindre blocage des prix de l’énergie au niveau européen.

Pour Thierry Bodson, président de la FGTB, la Belgique doit prendre les choses en main le plus rapidement possible, à l’image des pays limitrophes.

« Il y a quelques semaines d’ici, on attendait des décisions de l’Europe et on peut encore le comprendre. Mais ces décisions risquent de ne pas arriver de sitôt », affirme-t-il. « La Belgique doit agir. Premièrement parce que socialement, les gens ne savent plus payer. Deuxièmement parce qu’économiquement, on va se retrouver dans un cadre où même les grandes entreprises paieront en Belgique leur énergie plus cher que dans les pays voisins. Il faut prendre une décision au moins comparativement aux pays voisins. »

Des propos avec lesquels le secrétaire d’État pour la Relance et les Investissements stratégiques, Thomas Dermine (PS), adhère en partie. « On doit dépasser la phase de l’attentisme », déclare-t-il sur le plateau de « QR le débat », l’émission de la RTBF. « Mais il n’est pas si simple de bloquer les prix de l’énergie. Les Italiens et les Espagnols peuvent le faire parce qu’il y a peu d’interconnexions avec d’autres pays. Peu de câbles électriques passent leur frontière. En Belgique, ce n’est pas le cas. Nous sommes interconnectés avec tous les pays qui nous entourent. Donc si on régule les prix de l’énergie, soit on subsidie une énergie plus basse pour les autres pays et on vide les caisses de l’Etat sans impact, soit plus personne ne voudra nous fournir d’électricité et on ne passera pas l’hiver. On ne peut donc pas agir seul. Mais doit-on pour autant attendre l’Europe ? Je pense que si la situation n’avance pas au niveau européen, il faudra trouver des solutions avec nos pays voisins. Tant pis, on ne peut plus attendre. »