Qui se souvient de Trevor Horn, le plus grand des producteurs ?

En 1982, le nom d’un producteur inconnu sortait de l’ombre pour s’imprimer sur des millions de pochettes de 45 Tours d’un groupe anglais nommé ABC : Trevor Horn.

(Brice Depasse)

Pourtant, ce magicien du son était loin d’être un débutant puisque son groupe, sa voix, peut-être son visage, particulièrement ses lunettes aux verres énormes étaient connues du grand public : The Buggles. C’est le début d’une nouvelle carrière qui va faire de lui le plus grand producteur et arrangeur de tubes de la décennie.

Tout commence dans les années 70 où un jeune bassiste d’une vingtaine gagne sa vie dans un studio de Leicester, nous sommes dans le nord de l’Angleterre. Tout se passant à Londres, Trevor Horn devrait rester dans l’ombre mais le disque qu’il enregistre avec une certaine Tina Charles devient N°1 et déborde des frontières du Royaume-Uni. Trevor s’associe alors avec deux autres musiciens Bruce Woolley et Geoff Downes pour former un groupe qu’il nomme les Buggles, les bugles en français, cette trompette inventée par notre compatriote Adolphe Sax.

On pourrait croire que ça y est c’est parti pour la gloire et bien non : personne ne veut de la chanson qu’ils ont enregistrée. Aussi, excédé, dépité, Bruce Woolley quitte ses deux compères et la publie sous son nom.

Et c’est là que le miracle se produit : alors que le single de Bruce Woolley fait un flop, Chris Blackwell, Monsieur Island, l’éditeur de Robert Palmer et Bob Marley a le coup de foudre en écoutant la cassette des Buggles qui a déjà été refusée deux fois par ses équipes. Il prend les choses en main et donne à Trevor Horn tous les moyens. La suite, vous la chantez toujours quarante ans plus tard mais Trevor Horn voit plus loin (probablement grâce à ses grosses lunettes) car aussi clair que le son des Buggles va être imité par tout ce qui bouge, Trevor Horn a une carte à jouer en produisant, justement, tout ce qui bouge.

Et ça commence avec ABC dont il signe la production hallucinante des trois succès qui les révèlent en 1982 et 83 (regardez bien, vous verrez Trevor apparaître vers la fin de la vidéo de Look of Love ci-dessous).

A partir de là il enchaîne avec The Art of Noise, Frankie Goes To Hollywood, Malcolm McLaren, Grace Jones, Yes, Propaganda, Paul McCartney, Simple Minds

Et enfin, au sommet de sa carrière à l’aube des années 90, les deux premiers album de Seal

Oui, c’est dans le studio installé dans une église de Notting Hill où ont été enregistré les Stairway to Heaven de Led Zeppelin, We will rock you et We are The Champions de Queen dans les années 70’s que Trevor Horn a installé son repère d’où il va régner sur les années 80. Alors, retenez ce nom, Trevor Horn, c’est sûrement un de vos fidèles compagnons de route depuis des lustres. Et puis Horn au pluriel ça désigne les trompettes dans un orchestre, y aurait-il un lien avec les Buggles ?